Construire son propre composteur : comment faire ?

Un jardin sans composteur n’est pas vraiment un vrai jardin. De nombreux jardiniers associés sont de cet avis. Après tout, il ne faut pas sous-estimer les avantages d’avoir son propre composteur. La terre de compost frais est considérée comme l’arme secrète pour une récolte à haut rendement. Si vous avez des compétences manuelles, vous pouvez construire votre propre composteur en quelques étapes simples.

Un modèle moderne fait de WPC

Une bonne préparation est la moitié du succès !

Avant de commencer la construction du composteur, il convient de faire quelques préparatifs. Le choix de l’emplacement optimal est de la plus haute importance. Un tas de compost doit “produire” le meilleur humus possible aussi vite que possible pour fournir au jardin les nutriments importants. Pour y parvenir, il faut promouvoir le processus dit de “pourriture”. L’endroit idéal possède toutes les propriétés qui accélèrent ces processus de décomposition.

L’emplacement idéal est un endroit ombragé, un peu caché, mais toujours facilement accessible depuis la maison. Si le site est exposé à la lumière directe du soleil, le compost risque de se dessécher.

La taille doit également être correcte. Le composteur ne doit pas être trop petit et adapté à la taille du jardin. Elle doit mesurer environ 1 à 1,5 x 1 à 1,5 mètres. La hauteur peut varier, mais le composteur ne doit pas être construit trop bas. Un compteur nu est également recommandé.

Choisir le bon bois

Un composteur peut être construit à partir de différents matériaux. Cependant, le bois est considéré comme optimal et facile à traiter. Lors du choix du type de bois, il faut veiller à ce que ce soit un bois résistant. Le mélèze s’est avéré particulièrement adapté. Alors que d’autres types de bois nécessitent un traitement spécial pour résister à toutes les conditions climatiques, le bois de mélèze offre une protection naturelle. Si vous décidez néanmoins d’utiliser un autre type de bois, vous devez absolument l’imprégner pour éviter qu’il ne pourrisse.

Liste des matériels et outils :

  • Ruban à mesurer
  • Maillet
  • Clous
  • Niveau à bulle
  • 4 postes
  • 4 lamelles de bois
  • Fil de fer pour poules
  • Planches en bois
  • Préparation de la zone de base

Dès que l’emplacement a été déterminé, le terrain doit être préparé. La zone doit être nivelée à l’avance. Après avoir déterminé les différentes mesures, les poteaux sont maintenant placés dans le sol. Pour obtenir la stabilité nécessaire, ils doivent être enterrés à environ 15 centimètres de profondeur. Maintenant, le sol et les côtés intérieurs du futur composteur sont recouverts de fil de fer pour poussins. De cette façon, les petits animaux et les rongeurs ne pourront pas se fixer dans le compost. Pour accélérer le processus de décomposition ultérieure, le sol doit être ameubli. Il est ainsi plus facile pour les vers de terre, d’autres insectes et micro-organismes importants de trouver leur chemin dans le tas de compost.

Maintenant, les planches sont fixées horizontalement sur trois côtés et fixées avec des clous. Il est très important qu’il y ait une petite distance entre les différents tableaux. Afin d’accélérer les processus de décomposition naturelle, une bonne aération du compost est absolument nécessaire. La distance entre les planches doit être d’environ 5 à 8 centimètres.

Après que 3 pages du composteur ont déjà été embarquées, la dernière page suit maintenant. Ce dernier a une particularité. Deux bandes de bois sont fixées à chaque poteau d’angle de manière à créer une sorte de rainure. Les planches de bois restantes peuvent maintenant être insérées dans cette rainure.

Grâce à cette construction, la hauteur totale peut être adaptée à la hauteur de remplissage respective. L’enlèvement de l’humus fini est également beaucoup plus facile.

Conseil : l’idéal serait de construire un ou deux conteneurs de compost supplémentaires. Ils sont destinés à des composts de différents degrés de maturité. De cette façon, le jardinier dispose toujours d’un conteneur avec du compost fini tandis que les provisions sont déjà en train de mûrir dans les autres conteneurs.

Tout comme le premier conteneur, les autres conteneurs doivent être correctement ventilés !

Créer le premier compost

Dès que le composteur est terminé, le remplissage peut commencer. Pour que le processus de pourriture commence le plus rapidement possible, il faut créer le mélange optimal. En outre, tous les déchets ne se prêtent pas au compostage.

La première couche doit de préférence être constituée de déchets de jardin différents et grossiers. Les petites branches et les brindilles mélangées à des déchets verts et à de la paille sont idéales. Il est suivi soit d’une généreuse couche de fumier, soit d’un composteur rapide, disponible dans les magasins. D’autres couches de déchets de jardin et de cuisine plus fins sont ensuite répandues par-dessus. Ceux-ci doivent être bien mélangés pour que le processus de décomposition soit rapidement achevé.

Pendant les mois d’été, le compost risque généralement de devenir trop sec. Il peut donc être nécessaire d’arroser le tas de compost de temps en temps. C’est la seule façon pour les vers de terre et les micro-organismes de se sentir à l’aise dans le compost.

Des astuces simples pour accélérer la décomposition

  • ventiler régulièrement
  • prévoir une grande variété de types de déchets différents
  • ne pas éliminer les déchets difficiles à décomposer sur du compost
  • se regrouper de temps en temps pour améliorer la ventilation
  • mature pendant au moins six mois
  • Recouvrez le composteur de papier d’aluminium ou de vieux tapis pour retenir la chaleur et l’humidité
  • pas d’agrumes sur le compost
  • ne jamais mettre les déchets de viande et d’os dans le composteur (pourrait attirer des rats et des animaux plus gros)
  • Un composteur fait à partir d’europalettes

Un composteur peut également être fabriqué à partir de vieilles palettes Euro. Ils ont la bonne taille, et les fentes d’aération sont déjà là. En outre, ces derniers peuvent être achetés à bas prix et peuvent être assemblés à un composteur sans grand effort.

Construire sans clous

Si vous souhaitez vous passer de clous ou de vis à bois lors de la construction du composteur, vous pouvez obtenir la stabilité nécessaire à l’aide d’un simple système de bouchons. Pour cela, des découpes sont réalisées dans les planches. Ceux-ci sont ensuite insérés les uns dans les autres en alternance. Les postes ne sont en fait pas nécessaires dans ce cas. Cependant, les quatre coins peuvent être rendus encore plus stables de l’extérieur grâce à des poteaux d’angle.

Pour cette variante également, peu de savoir-faire est nécessaire pour mener à bien le petit projet de construction.

Un autre avantage pour un composteur de la marque Eigenbau : grâce au matériau de construction naturel (le bois), le composteur s’intègre presque invisiblement dans l’image globale du jardin.

Revenir en haut de page